Last Thoughts On Woody Guthrie -
ALBUM : "THE BOOTLEG SERIES VOL.I-III" - 1991

Le 12 avril 1963, lors du concert à Town Hall, Bob Dylan déclamait ces dernières pensées sur Woody Guthrie, rendant ainsi un hommage émouvant au " Hobo-Clodo-Ménestrel " et père spirituel que lui était Woody.
Chantre de la culture populaire américaine, Woody a accompagné de son amour du peuple les années 1930, 40 puis 50, 60 et 70. Humaniste soucieux de justice, tour à tour gueulard et syndicaliste, Guthrie se servait des mots pour célébrer les plus modestes au mépris de ceux qui pensaient déjà que tout s'achète.
En 1960, son autobiographie, En Route pour la Gloire, devint très vite la bible de Dylan qui n'eut de cesse de s'imprégner du phrasé autant que des thèmes chers à Woody, une identification qui lui vaudra les critiques de quelques-uns tandis que d'autres, ses amis, verront là le processus de naissance d'un Dylan jusque la muselé par l'éducation bourgeoise reçue à Hibbing.
Dylan rencontra enfin Woody en 1961, un Woody alors ravagé par les effets de la maladie et hospitalisé depuis les années 1940. Cette première rencontre lui inspira "Song to Woody" . Vinrent ensuite l'hommage rendu dans les Epitaphes, les 11 poèmes parus avec l'album "The Times They Are A-Changin'" et presque conjointement ces dernières pensées.
Woody Guthrie reste plus que jamais un personnage d'importance dans le panthéon de Bob Dylan. Ces dernières pensées dans le phrasé et le rythme que leur donne Dylan s'imposent comme un hommage musical rendu à Woody Guthrie. Les thèmes d'une société normative et d'un bonheur à construite ailleurs que dans un modèle donnés sont, bien que très personnel à Dylan, largement inspirés de cet amour du particulier que défendait Woody Guthrie.

" Le bonheur est une espèce de mot médiocre " Bob Dylan.


Last Thoughts On Woody Guthrie Dernières pensées sur Woody Guthrie
When yer head gets twisted and yer mind grows numb
When you think you're too old, too young, too smart or too dumb
When yer laggin' behind an' losin' yer pace
In a slow-motion crawl of life's busy race
No matter what yer doing if you start givin' up
If the wine don't come to the top of yer cup
If the wind's got you sideways with with one hand holdin' on
And the other starts slipping and the feeling is gone
And yer train engine fire needs a new spark to catch it
And the wood's easy findin' but yer lazy to fetch it
And yer sidewalk starts curlin' and the street gets too long
And you start walkin' backwards though you know its wrong
And lonesome comes up as down goes the day
And tomorrow's mornin' seems so far away
And you feel the reins from yer pony are slippin'
And yer rope is a-slidin' 'cause yer hands are a-drippin'
And yer sun-decked desert and evergreen valleys
Turn to broken down slums and trash-can alleys
And yer sky cries water and yer drain pipe's a-pourin'
And the lightnin's a-flashing and the thunder's a-crashin'
And the windows are rattlin' and breakin' and the roof tops a-shakin'
And yer whole world's a-slammin' and bangin'
And yer minutes of sun turn to hours of storm
And to yourself you sometimes say
"I never knew it was gonna be this way
Why didn't they tell me the day I was born"
And you start gettin' chills and yer jumping from sweat
And you're lookin' for somethin' you ain't quite found yet
And yer knee-deep in the dark water with yer hands in the air
And the whole world's a-watchin' with a window peek stare
And yer good gal leaves and she's long gone a-flying
And yer heart feels sick like fish when they're fryin'
And yer jackhammer falls from yer hand to yer feet
And you need it badly but it lays on the street
And yer bell's bangin' loudly but you can't hear its beat
And you think yer ears might a been hurt
Or yer eyes've turned filthy from the sight-blindin' dirt
And you figured you failed in yesterdays rush
When you were faked out an' fooled white facing a four flush
And all the time you were holdin' three queens
And it's makin you mad, it's makin' you mean
Like in the middle of Life magazine
Bouncin' around a pinball machine
And there's something on yer mind you wanna be saying
That somebody someplace oughta be hearin'
But it's trapped on yer tongue and sealed in yer head
And it bothers you badly when your layin' in bed
And no matter how you try you just can't say it
And yer scared to yer soul you just might forget it
And yer eyes get swimmy from the tears in yer head
And yer pillows of feathers turn to blankets of lead
And the lion's mouth opens and yer staring at his teeth
And his jaws start closin with you underneath
And yer flat on your belly with yer hands tied behind
And you wish you'd never taken that last detour sign
And you say to yourself just what am I doin'
On this road I'm walkin', on this trail I'm turnin'
On this curve I'm hanging
On this pathway I'm strolling, in the space I'm taking
In this air I'm inhaling
Am I mixed up too much, am I mixed up too hard
Why am I walking, where am I running
What am I saying, what am I knowing
On this guitar I'm playing, on this banjo I'm frailin'
On this mandolin I'm strummin', in the song I'm singin'
In the tune I'm hummin', in the words I'm writin'
In the words that I'm thinkin'
In this ocean of hours I'm all the time drinkin'
Who am I helping, what am I breaking
What am I giving, what am I taking
But you try with your whole soul best
Never to think these thoughts and never to let
Them kind of thoughts gain ground
Or make yer heart pound
But then again you know why they're around
Just waiting for a chance to slip and drop down
"Cause sometimes you hear'em when the night times comes creeping
And you fear that they might catch you a-sleeping
And you jump from yer bed, from yer last chapter of dreamin'
And you can't remember for the best of yer thinking
If that was you in the dream that was screaming
And you know that it's something special you're needin'
And you know that there's no drug that'll do for the healin'
And no liquor in the land to stop yer brain from bleeding
And you need something special
Yeah, you need something special all right
You need a fast flyin' train on a tornado track
To shoot you someplace and shoot you back
You need a cyclone wind on a stream engine howler
That's been banging and booming and blowing forever
That knows yer troubles a hundred times over
You need a Greyhound bus that don't bar no race
That won't laugh at yer looks
Your voice or your face
And by any number of bets in the book
Will be rollin' long after the bubblegum craze
You need something to open up a new door
To show you something you seen before
But overlooked a hundred times or more
You need something to open your eyes
You need something to make it known
That it's you and no one else that owns
That spot that yer standing, that space that you're sitting
That the world ain't got you beat
That it ain't got you licked
It can't get you crazy no matter how many
Times you might get kicked
You need something special all right
You need something special to give you hope
But hope's just a word
That maybe you said or maybe you heard
On some windy corner 'round a wide-angled curve
Quand ta tête n'est plus que méandres, quand ton esprit est engourdi
Quand tu te juges trop vieux, trop jeune, trop malin ou trop bête
Quant tu es à la traîne, quand tu as l'impression d'avancer
Au ralenti dans cette vie pareille à une course éperdue
Peu importe ce que tu fais si tu renonces
Si le vin n'emplit pas entièrement ta coupe
Si le vent te pousse de biais et que d'une main tu résistes
Tandis que l'autre glisse déjà et que disparaissent les sensations
Et que le convoi de tes machines à feu a besoin d'une nouvelle étincelle pour se rallumer
Que le bois est facile à trouver mais que tu es trop fainéant pour aller à sa recherche
Que le trottoir t'achemine vers des tournants, que le rue est trop longue
Que tu commences à faire marche arrière tout en sachant que c'est une erreur
Que la solitude te gagne au fur et à mesure que s'efface le jour
Et que demain matin paraît si loin encore
Que tu sens les rênes de ton cheval te glisser des mains
Que les cordages échappent à tes mains ruisselantes
Que le désert offert au soleil et les vallées éternelles
Se transforment en quartiers de seconde zone et allées jonchées d'ordures
Que le ciel expulse l'eau qui dégorge alors des égouts
Que les éclairs sont la seule lumière et qu'éclate le tonnerre
Que les fenêtres s'ouvrent, se ferment puis se cassent et que tremble le faîte du toit
Que le monde entier n'est plus que bruits et fureurs
Que les minutes de soleil ne sont plus que tempête
Alors, parfois tu te dis
"J'ignorais que ce serait ainsi
Pourquoi ne m'ont-ils rien dit lorsque je suis né"
Le froid t'envahit et tu sautes pour te réchauffer
Tu cherches ce que tu n'as pas encore vraiment trouvé
Tes genoux s'enfoncent dans l'eau sombre et tes mains s'agitent dans l'espace
Le monde entier, lui, te regarde fixement par l'entrebâillement d'une fenêtre
Ta petite amie te quitte, s'envole vers des ailleurs
Ton cœur se sent malade à la façon d'un poisson qu'on fait frire
Tes mains laissent échapper le marteau piqueur sur tes pieds
Tu en as méchamment besoin mais il est tombé dans la rue
Les cloches raisonnent bruyamment mais tu n'en entends pas les battements
Tu penses que tes oreilles ont du être blessées
Ou que tes yeux ont été ternis à s'aveugler la vue de cette crasse
Que tu te figures avoir échoué à la course d'hier
Quand tu as été grugé, que tu as cru posséder une quinte floche
Alors que tu ne tenais que trois dames
Ca te rendait fou, ça te rendait mauvais
Comme d'être au cœur d'un exemplaire de Life
Rebondissant à la façon d'une balle de flipper
Tu avais quelque chose à l'esprit, quelque chose que tu voulais dire
Et qu'il faudrait quelqu'un, quelque part pour l'entendre
Mais ces pensées ne trouvaient pas à s'exprimer, et étaient enfermées dans ta tête
Et tout ça te tourmente lorsque tu es allongé sur ton lit
Et quoi que tu fasses, ça ne sort pas
Tu as peur en ton âme de pouvoir l'oublier
Tes yeux sont baignés des larmes contenues dans ta tête
Ton oreiller de plumes prend allure de couverture de plomb
La gueule du lion s'entrouvre et ton regard fixe ses dents
Et sa mâchoire se referme sur toi
T'aplatissant le ventre, les mains attachées dans le dos
Tu aimerais n'avoir jamais emprunté cette déviation
Et tu te dis simplement, que suis-je en train de faire
Je marche sur cette route, j'avance sur cette piste
J'erre dans ces dédales
Je me ballade sur ces sentiers, je prends la mesure de l'espace
Je respire cet air
Ma confusion est-elle si grande? Ma confusion est-elle si profonde
Pourquoi suis-je en marche, dans quelle direction vais-je
Quels sont mes mots, quelles sont mes connaissances
Dans cette guitare que je gratte, dans la fragilité de ce banjo
Dans les accords de cette mandoline, dans ces chansons que j'interprète
Dans ces mélodies que j'entonne, dans ces mots que j'écris
Dans ceux qui disent mes pensées
Dans ce flot d'heures qu'à chaque fois j'avale
Qui suis-je en train d'aider, qui suis-je en train de briser
Que puis-je donner, que puis-je prendre
Mais tu essayes avec ce que ton âme a de mieux
De ne jamais penser ainsi, de ne jamais laisser
Ces pensées gagner du terrain
Ou te broyer le cœur
Mais très rapidement, tu sais pourquoi elles rôdent là
A l'affût d'une chance pour se faufiler et te tomber dessus
Puisque parfois tu les entends lorsque les heures nocturnes s'approchent rampantes
Et tu redoutes alors qu'elles te privent de sommeil
Tu sautes de ton lit au dernier chapitre de tes rêves
Sans pouvoir te rappeler du plus profond de tes pensées
Si tu étais celui qui criait dans ce rêve
Tu sais avoir besoin de quelque chose de particulier
Tu sais qu'aucune drogue ne hâtera ta guérison
Aucun alcool de ce pays pour stopper les saignements de ton cerveau
Et tu as besoin de quelque chose de particulier
Ouais, tu as vraiment besoin de quelque chose de spécial
Tu as besoin d'un train volant et fulgurant suivant la piste d'une tornade
Pour te précipiter ailleurs, et te renvoyer de même
Tu as besoin d'un vent de cyclone pour une énorme machine à vapeur
Qui claquerait, mugirait et soufflerait à jamais
Qui connaîtrait tes difficultés cent fois voire plus
Tu as besoin d'un bus Greyhound qui ne limite pas sa course
Qui ne se rit pas de ton apparence
De ta voix ou ton visage
Et quelque soit le nombre de paris contenus dans le livre
Qui roulerait longtemps après la folie de la musique bubblegum
Tu as besoin de quoi ouvrir de nouvelles portes
Pour te montrer ce que tu as déjà vu
Mais que tu as pourtant négligé des centaines de fois et plus encore
Tu as besoin de quelque chose pour t'ouvrir les yeux
Tu as besoin de quelque chose qui te fera savoir
Que c'est toi et personne d'autre qui possède
Cet endroit où tu te tiens debout, cet espace que tu occupes
Que le monde ne va pas te battre
Que tu ne vas pas te faire aplatir
Qu'il ne pourra pas te rendre fou quel que soit
Le nombre de coups que tu auras reçu
Tu as décidément besoin de quelque chose de particulier
Tu as besoin de quoi faire naître l'espoir
Mais l'espoir n'est rien d'autre qu'un mot
Que peut-être as-tu déjà prononcé ou bien même entendu
Dans quelque coin venteux dans la courbe d'un large virage
But that's what you need man, and you need it bad
And yer trouble is you know it too good
"Cause you look an' you start getting the chills
C'est pourtant ce dont tu as besoin mec, méchamment besoin
Ton problème c'est que tu le sais trop bien
Parce que tu regardes et tu commences à frissonner
"Cause you can't find it on a dollar bill
And it ain't on Macy's window sill
And it ain't on no rich kid's road map
And it ain't in no fat kid's fraternity house
And it ain't made in no Hollywood wheat germ
And it ain't on that dimlit stage
With that half-wit comedian on it
Ranting and raving and taking yer money
And you thinks it's funny
No you can't find it in no night club or no yacht club
And it ain't in the seats of a supper club
And sure as hell you're bound to tell
That no matter how hard you rub
You just ain't a-gonna find it on yer ticket stub
No, and it ain't in the rumors people're tellin' you
And it ain't in the pimple-lotion people are sellin' you
And it ain't in no cardboard-box house
Or down any movie star's blouse
And you can't find it on the golf course
And Uncle Remus can't tell you and neither can Santa Claus
And it ain't in the cream puff hair-do or cotton candy clothes
And it ain't in the dime store dummies or bubblegum goons
And it ain't in the marshmallow noises of the chocolate cake voices
That come knockin' and tappin' in Christmas wrappin'
Sayin' ain't I pretty and ain't I cute and look at my skin
Look at my skin shine, look at my skin glow
Look at my skin laugh, look at my skin cry
When you can't even sense if they got any insides
These people so pretty in their ribbons and bows
No you'll not now or no other day
Find it on the doorsteps made out-a paper macheī
And inside it the people made of molasses
That every other day buy a new pair of sunglasses
And it ain't in the fifty-star generals and flipped-out phonies
Who'd turn yuh in for a tenth of a penny
Who breathe and burp and bend and crack
And before you can count from one to ten
Do it all over again but this time behind yer back
My friend
The ones that wheel and deal and whirl and twirl
And play games with each other in their sand-box world
And you can't find it either in the no-talent fools
That run around gallant
And make all rules for the ones that got talent
And it ain't in the ones that ain't got any talent but think they do
And think they're foolin' you
The ones who jump on the wagon
Just for a while 'cause they know it's in style
To get their kicks, get out of it quick
And make all kinds of money and chicks
And you yell to yourself and you throw down yer hat
Sayin', "Christ do I gotta be like that
Ain't there no one here that knows where I'm at
Ain't there no one here that knows how I feel
Good God Almighty
THAT STUFF AIN'T REAL"
Parce que la réponse n'est pas sur un billet de cent
Pas plus que sur le débord de la fenêtre de Macy
Pas plus que sur la carte routière d'un gamin riche
Pas plus que dans la maison d'étudiants d'un gamin gras
Pas plus que dans les blés en germe d'Hollywood
Pas plus que sur cette scène mal éclairée
Habitée par un comédien à moitié malin
Déclamant avec véhémence, tempêtant pour finalement prendre ton argent
Et tu trouves ça drôle
Non, tu ne la trouveras pas dans aucun night club ou yacht club
Pas davantage que dans les places accordées par un club sélect
Et certain tel l'Enfer, tu en viendras à dire
Que quels que soient les efforts fournis
Tu ne trouveras rien dans ton ticket déchiré
Pas davantage que dans ces rumeurs qui te viennent des autres
Ni dans ces lotions purifiantes qu'on te vend
Ni dans ces maisons prêtes à monter
Où sous le chemisier de la première star de film venue
Pas plus que sur un terrain de golf
Oncle Rémus ne pourra te dire, pas plus que le Père NoŽl
Pas plus que dans les parfums de la gomina, ou dans d'alléchants vêtements de coton
Pas plus que sur ces mannequins de Prisunic ou dans ces abrutis du bubblegum
Ni dans le bruit de marshmallow des voix gâteau au chocolat
Qui frappent et tapent en papier-cadeau de NoŽl
A dire j'suis pas joli, j'suis pas mignon, regarde ma peau
Regarde ma peau briller, regarde ma peau rougir
Regarde ma peau sourire, regarde ma peau pleurer
Quand tu n'as même plus la sensation que tous ont une âme
Tous ces gens si mignons dans leurs rubans et leurs nœuds
Non, ni aujourd'hui, ni un autre jour
Tu ne la trouveras sur les seuils de papier mâché
A l'intérieur ces gens faits de mélasse
Qui un jour sur deux s'achètent de nouvelles lunettes de soleil
Et elle n'est pas dans les généraux cinquante étoiles ni les imposteurs explosés
Qui te donneraient pour un dixième de centime
Qui soufflent, éructent, plient puis se fissurent
Et avant que tu puisses compter jusqu'à dix
Le font à nouveau mais cette fois-ci dans ton dos
Mon ami
Ceux-là mêmes qui dirigent, font les affaires qui tournent et virevoltent
Et jouent les uns avec les autres dans un monde de boîtes à sable
Tu ne trouveras rien non plus chez ces idiots sans talent
Qui courent partout en jouant aux braves
Et qui édictent les règles pour ceux qui ont du talent
Pas plus que chez ceux qui n'ont aucun talent mais pensent en avoir
Et qui croient te tromper
Ceux qui ont pris le wagon en marche
Pour un instant, parce qu'ils savent que c'est ce qu'on attend
Pour s'amuser, et en sortir vite
Et se faire un max de fric et de nanas
Tu hurles à toi-même jetant ton chapeau à terre
"Dieu, ai-je à être identique
N'y a t-il personne ici bas qui sait ma raison d'être
N'y a t-il personne pour comprendre ce que je ressens
Dieu Tout Puissant
CA NE PEUT PAS ETRE LA REALITE"
No but that ain't yer game, it ain't even yer race
You can't hear yer name, you can't see yer face
You gotta look some other place
And where do you look for this hope that yer seekin'
Where do you look for this lamp that's a-burnin'
Where do you look for this oil well gushin'
Where do you look for this candle that's glowin'
Where do you look for this hope that you know is there
And out there somewhere
And your feet can only walk down two kinds of roads
Your eyes can only look through two kinds of windows
Your nose can only smell two kinds of hallways
You can touch and twist
And turn two kinds of doorknobs
You can either go to the church of your choice
Or you can go to Brooklyn State Hospital
You'll find God in the church of your choice
You'll find Woody Guthrie in Brooklyn State Hospital
Non, mais ce n'est pas ton jeu, encore moins ta race
Tu ne peux entendre ton nom, ni voir ton visage
Alors tu dois chercher ailleurs
Et où trouver cet espoir que tu cherches
Où regarder pour voir cette lampe brûler
Où regarder pour voir jaillir la source intarissable
Où regarder pour trouver la lueur de cette bougie
Où trouver cet espoir que tu sais être là
Oui là, quelque part
Tes jambes ne peuvent pourtant suivre que deux routes
Tes yeux ne peuvent regarder qu'au travers de deux fenêtres
Ton flair ne peut pressentir que deux couloirs
Tu peux toucher, tordre
Et tourner deux poignées de porte
Ou bien tu rejoins l'église de ton choix
Ou bien tu vas à l'hôpital de Brooklyn
Tu trouveras Dieu dans l'église de ton choix
Tu trouveras Woody Guthrie à l'hôpital de Brooklyn
And though it's only my opinion
I may be right or wrong
You'll find them both
In the Grand Canyon
At sundown
Ce n'est que mon avis
Je peux dire vrai ou me tromper
Tu trouveras les deux
Dans le Grand Canyon
Au coucher du soleil
Traduction et notes d'Agnès Chaput


retour à



La version originale de cette chanson se trouve à
et les droits d'auteur sont réservés.
Pour la traduction, prière d'informer le webmestre
avant toute copie ou référence d'un autre site, merci.